Vous êtes ici : AccueilTechnicien de maintenanceMétier technicien de maintenance

Métier technicien de maintenance

Ils ont le vent en poupe, car ils sont de plus en plus convoités par les entreprises. Mais, en quoi consiste réellement le métier de technicien de maintenance industrielle ?Quelle formation choisir pour décrocher un emploi ? 

metier technicien maintenance

1. Technicien de maintenance, un métier d’avenir

Depuis plusieurs années, les entreprises recrutent de plus en plus de techniciens de maintenance. Il s’agit même des profils les plus fréquemment recherchés dans le milieu de l’industrie. Dans ce contexte d’accroissement régulier de la demande, les opportunités professionnelles sont nombreuses et réelles pour les techniciens de maintenance qualifiés. Il convient donc d’informer sur cette profession parfois méconnue, car de nombreux postes sont à pourvoir, et ce dans toute la France.

2. Une offre de formation variée

De nombreuses formations peuvent mener au métier de technicien de maintenance. On peut citer les diplômes les plus courants : BAC Professionnel maintenance des équipements industriels, BTS maintenance industrielle, DUT Maintenance, ou encore Licence professionnelle maintenance, pour ceux qui souhaiteraient effectuer des études plus longues. D’autres formations permettent des spécialisations plus poussées dans certains secteurs d’activité, comme la mécanique, l’informatique, l’électronique, ou encore la sécurité informatique. Les filières très spécialisées sont aujourd’hui particulièrement prisées des recruteurs, car les équipements dans les secteurs de pointe demandent des savoir-faire techniques poussés.

3. Technicien de maintenance : les tâches concrètes

Quel que soit son domaine d’activité, un technicien de maintenance dispose d’un périmètre d’intervention bien défini au sein de l’entreprise. Tout d’abord, il doit veiller à la bonne installation et au réglage des équipements, et a en charge la réparation du matériel présentant un défaut ou une panne. Il s’agit également pour lui de faire remonter les problèmes rencontrés à sa hiérarchie à travers un travail de reporting détaillé. Il doit pour ce faire, maîtriser un outil de remontée d’informations connu sous l’acronyme GMAO (gestion de maintenance assistée par ordinateur). Par ailleurs, afin d’améliorer le rendement, il est souvent associé à l’amélioration des procédures de maintenance.

4. Les compétences requises

Certaines compétences sont nécessaires pour effectuer au mieux ce métier. Il doit avant tout très réactif, car les actions de maintenance sont très souvent effectuées dans l’urgence. Cette réactivité va de pair avec une précision et une habileté, qui doivent permettre d’effectuer des manipulations délicates. A ces compétences s’ajoute une bonne résistance au stress, les conditions d’interventions étant parfois nerveusement et physiquement éprouvantes. De bonnes qualités relationnelles complètent naturellement ces compétences requises : il est nécessaire de savoir travailler en équipe et de communiquer facilement avec ses collègues. Le reporting et les réunions avec la hiérarchie étant fréquentes, une rédaction orthographique irréprochable (critère malheureusement trop souvent négligé par les candidats), ainsi qu’une bonne élocution constituent des atouts supplémentaires non négligeables dans le cadre d’un processus de recrutement.

5. Les possibilités d’évolution

L’évolution la plus naturelle et la plus fréquente pour un technicien de maintenance est souvent une offre de poste d’encadrement. Après quelques années d’expérience, il est possible de devenir responsable maintenance. La gestion d’une équipe requérant de nouvelles compétences, notamment en termes de management, il sera parfois nécessaire d’effectuer une formation complémentaire, comme une licence professionnelle afin d’accéder à ces responsabilités supplémentaires. Dans le cadre d’une promotion interne, la formation continue peut toutefois permettre à un nouveau responsable maintenance d’acquérir les nouvelles aptitudes requises pour permettre une prise de poste optimale.